Compte rendu : retour sur le SEO Campus

Le SEO Campus 2012 étant à présent derrière nous, je prends un moment pour partager mes observations sur l’édition de cette année ainsi qu’un petit récap de quelques conférences auxquelles j’ai assisté.

Dans l’ensemble

Le SEO Campus s’impose désormais comme le rendez-vous SEO de référence en France. La qualité des intervenants ainsi que le nombre de participants en font l’événement SEO à ne pas manquer. Ce cru 2012 aura particulièrement mis l’accent sur Panda qui était au cœur de plusieurs conférences et tables rondes. Je note également l’évocation de plus en plus importante du contenu (qu’on avait tendance à oublier ces dernières années). Cette tendance tout droit venue des États-Unis et largement amplifiée par Panda est intéressante, et diamétralement opposée à certaines conférences de l’année dernière. Je pense notamment à la présentation d’Exalead au SEO Campus 2011, qui vantait les mérites de ses solutions de création de sites de type Yakaz (dont le trafic a été divisé par deux en un an).

Enfin, un grand bravo aux organisateurs : Alexandre, Roland, Philippe et les autres… Tout ces gens qui prennent sur leur temps pour organiser cet événement.

8/03/2012 – 9h00 : et si le calendrier Maya annonçait la fin … du SEO ?

La session de conférences a commencé par une table ronde autour du sujet de la fin du SEO. Laurent Bourrely (XVM), Paul Sanches (SEO Black Out), Olivier de Segonzac (Résonéo), David Degrelle (1ère Position) et Alexandre Villeneuve (SEO Camp) intervenaient.

La discussion a essentiellement tourné autour de la généralisation de la recherche SSL sur Google, des nouveaux usages de recherches (recherche vocale notamment) et de la modification du comportement des internautes face à des fonctionnalités Google (ex. Google Instant, Google Search plus your world, etc.).

Les échanges ont été assez intéressants, je retiens notamment l’intervention de Laurent Bourelly qui, philosophe, trouve que la perte de 30% des données sur les mots-clés permettra peut-être d’arrêter de « regarder les stats pour regarder les stats ».

Le point marquant de cette table ronde aura été l’aparté entre David Degrelle et Paul Sanchez au sujet de Panda. David se sentant berné par Google et estimant que Panda est une « vaste fumisterie » et que les SERP de Google sont toujours pleines de spam. Paul a quant à lui pris un peu de recul par rapport à sa « casquette » de Black Hat, en indiquant que ce qui comptait pour lui comme pour ses clients, c’était de se positionner sans se faire griller.

8/03/2012 – 11h00 – SMO : les stratégies efficaces (David Degrelle)

Conférence intéressante, sans support de présentation projeté. David a surtout été pragmatique en indiquant que sauf cas particulier, les réseaux sociaux (Facebook le premier) ne sont pas de gros pourvoyeurs de trafic et que tout est fait pour que l’internaute ne s’en échappe pas. Il est par ailleurs revenu sur la mode du F-commerce, en rappelant qu’il s’agissait plus d’une mode passagère qu’autre chose et que les premiers à s’être lancés commencent doucement à fermer leur boutiques par manque de ROI. En effet, Facebook ne serait pas le bon endroit pour vendre.

David a donc insisté sur trois choses :

    • l’usage des réseaux sociaux pour les entreprises, qu’il considère davantage comme un support de fidélisation travaillant la marque qu’un support d’acquisition.
    • la nécessité de proposer un discours par support, et ne pas publier la même chose sur Facebook et Twitter. Twitter est davantage considéré comme un support B2B alors que Facebook est plus grand public.
    • la nécessité de créer un blog, quelque soit son secteur d’activité. Un blog peut avoir un impact vertueux : followers, RT, puis backlinks.

8/03/2012 – 11h45 – SMO : Demain, le référencement sera social ou ne sera pas (Stéphane Tauziede – Raphael Hunold)

Conférence divisée en deux parties :

      • une première sur la mise en contexte des possibilités d’interactions avec l’Open Graph de Facebook. Stéphane a notamment passé en revue un certain nombre de bonnes pratiques et de changements (Timeline sur les pages pro notamment) avant de présenter un cas concret d’interaction avec l’Open Graph de Facebook.
      • une deuxième sur le métier de community manager dans laquelle Raphael a fait une présentation du community management dans les grande lignes, appuyée par quelques cas concrets.

8/03/2012 – 14h00 – Analyser une pénalité de Google et en sortir (Sébastien Monnier)

A mon sens la présentation la plus intéressante de cette année. L’intervenant était percutant, précis et appuyait tout ses propos par des exemples. Il a passé en revue les différents types de pénalités, avant d’apporter certaines informations intéressantes sur les process de Google ainsi que les moyens de sortir d’une pénalité.

Les enseignements à titrer de cette présentation sont :

        • la majeur partie des pénalités n’en sont pas, il s’agit souvent d’autres facteurs : mauvais paramétrage analytics, désindexation de contenu par erreur (robots.txt, meta noindex, etc.), saisonnalité, concurrence accrue, etc.
        • l’identification d’une pénalité passe par une analyse approfondie des indicateurs dont on dispose
        • il est toujours possible de sortir d’une pénalité en améliorant son site
        • une fois le site « nettoyé » la demande de réexamen est utile pour sortir de la sanction
        • il faut placer l’internaute au cœur de sa problématique

9/03/2012 – 9h00 : Table ronde sur Google Panda

Cette deuxième journée a commencé par une table ronde sur Google Panda. Elle était constituée d’un panel de 5 intervenants : Olivier Andrieu (Abondance), Céline Simon (Made in Design), Charlotte Prevost (Groupe01), Jean-Michel de Sousa (Sartepenso) et Julien Tessonneau (CDiscount).

Les observations des différents intervenants étaient intéressantes. On a par exemple appris qu’ils avaient tous appréhendé Panda différemment, en raison de la différence de leurs problématiques. Cdiscount a par exemple des contraintes au niveau de la création de contenu, il ne peut pas se permettre de rédiger des descriptions uniques pour ses milliers de produits en catalogue, là où Made in Design fournit un travail important sur ce même front et rédige des contenus originaux pour tous ses produits.

La limite de cette table ronde résidait dans le fait que tous les intervenants ont bénéficié de Panda, et il n’y avait aucun site ayant pris une grosse claque qui était représenté. Dommage, car les échanges ont tourné autour de « best practices » supposées, plutôt que sur le pragmatisme dont aurait pu faire part un site victime de Panda.

9/03/2012 – 11h00 : Duplicate Content (Olivier Andrieu)

Le toujours aussi sympathique et pertinent Olivier Andrieu a fait une présentation sur le Duplicate Content. Rien de révolutionnaire en soi, mais une présentation très complète mettant à plat la problématique et apportant des solutions concrètes. Olivier mettra sans doute sa présentation à disposition sur le blog Abondance.

9/03/2012 – 11h45 :Outil SEO avancés (Paul Sanches)

Paul Sanchez entre en scène. Très intéressante présentation des outils « SEO avancés » . La tonalité de cette conférence est intéressante, car Paul semble de plus en plus se détacher de « l’étiquète Black Hat » qui lui colle à la peau et tente de prendre un peu de recul par rapport à la gueguerre black/white hat SEO. Les outils qu’il a présentés sont pour la plupart des outils qui permettent d’automatiser des process. L’automatisation a pour objectif de faire gagner du temps, pas nécessairement de spammer les pages de résultats.

Dans les faits, Paul a passé en revue les logiciels suivants :

          • Scrapebox
          • Sick Submitter
          • SEO Hackers
          • GoSosial
          • SE Nuke X
          • Xrumer

9/03/2011 – 14h00 – Utiliser les pages « pro » de Google+ pour augmenter sa visibilité (David Degrelle)

Cette conférence de David Degrelle aura été très intéressante, tout en étant réaliste sur Google+. L’état des lieux qui est fait est sans appel : le trafic apporté par Google+ est négligeable pour le moment, et Google+ est très peu adopté. David a cependant insisté sur le fait qu’il est tout de même intéressant de se positionner su Google+ « au cas où ».

Passé cette introduction, la conférence s’est concentrée sur les « best practices » à respecter.

On retiendra notamment :

            • qu’il ne faut pas sur-optimiser son profil (mots-clés, descriptions, etc.)
            • raisonner en termes de branding et de notoriété plutôt qu’en termes de référencement
            • pousser des contenus différents sur Facebook et Google+
            • mettre en place le principe de d’identification des auteurs si on dispose d’un blog

9/03/2011 – 16h00 – Mises à jours algorithmiques et actions manuelles / Transparence et communication entre Google et les Webmasters

Ces deux jours de conférences se sont soldés par la désormais traditionnelle conférence de Google. Celle-ci est toujours intéressante car elle permet de glaner quelques informations sur les process de Google, vus de l’intérieur. Cette conférence est souvent l’objet de frustration pour certains qui en attendent un peu trop. Comme le résume bien Sébastien Monnier, Google n’a pas vocation à prodiguer des conseils en référencement, mais cherche à améliorer la qualité de ses pages de résultats de recherches.